Delphine de Girardin

Publié le par Socrates Philalethe

 

 

Delphine de Girardin, née Gay le 24 janvier 1804 à Aix-la-Chapelle et morte le 29 juin 1855 à Paris, est une écrivaine française, fille de Sophie Gay née Nichault de la Vallette et de Sigismond Gay, baron de Lupigny Savoie.

Delphine Gay est élevée par sa mère Sophie Gay au sein d’une brillante société littéraire et fait partie avec elle du cercle romantique de Charles Nodier. Elle publie ses premiers poèmes dans la Muse française. Elle est l'auteure de deux volumes de mélanges, des Essais poétiques (1824) et de Nouveaux Essais poétiques (1825). Lors d’une visite en Italie en 1827, elle est accueillie avec enthousiasme par le monde littéraire romain et se voit même couronnée au Capitole. De ce séjour italien elle rapporte diverses poésies, dont la plus ambitieuse est Napoline (1833).

Son mariage avec Émile de Girardin en 1831 lui ouvre de nouveaux horizons littéraires. De 1836 à 1839, elle publie des chroniques spirituelles dans le journal La Presse, sous le pseudonyme de Charles de Launay. Ces chroniques, éditées sous forme de recueil en 1843 sous le titre de Lettres parisiennes, obtiennent un grand succès.

Parmi ses œuvres de fiction les plus connues, on peut citer le roman le Marquis de Pontanges (1835), un recueil de récits, Contes d’une vieille fille à ses neveux (1832), la Canne de Monsieur de Balzac (1836) et Il ne faut pas jouer avec la douleur (1853).

On compte au nombre de ses drames en prose et en vers l’École des journalistes (1840), Judith (1843), Cléopâtre (1847), Lady Tartufe (1853), et les comédies en un acte, C’est la faute du mari (1851), La Joie fait peur (1854), le Chapeau d’un horloger(1854) et Une femme qui déteste son mari, paru à titre posthume.

Delphine de Girardin a exercé une influence personnelle considérable dans la société littéraire contemporaine et dans son salon régulièrement fréquenté, entre autres, par Théophile Gautier, Honoré de Balzac, Alfred de Musset, Victor Hugo, Laure Junot d'Abrantès, Marceline Desbordes-Valmore, Alphonse de Lamartine, Jules Janin, Jules Sandeau, Franz Liszt, Alexandre Dumas père, George Sand et Fortunée Hamelin.

Elle a écrit sous divers pseudonymes : Vicomte Charles Delaunay, Charles de Launay, Vicomte de Launay, Léo Lespès, Léa Sepsel.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Émile_de_Girardin

 


Delphine Gay (1804-1855), Mme Girardin (descendante du Girardin d'Erménonville décrit par Barruel ?)

Journaliste, poétesse française, spirituelle, pétulente et beauté légendaire, fille de la salonnière Sophie Gay. Née à Aix-la-Chapelle, elle fut l’amie d’enfance de Napoléon III. Durant sa jeunesse d'enfant prodige, sa mère lui faisait courir les salons où, blonde comme les blé, elle épatait les invités en récitant des poèmes de son cru. À 18 ans, reçue chez Juliette Récamier, elle fit sensation. Sans fortune, Delphine verra la mère d'Alfred de Vigny s'opposer à leur mariage.

Devenue femme de lettres et sacrée muse du Romantisme, cette charmante rimeuse a épousé Émile Girardinfondateur de la presse moderne et député de Bourganeuf (Creuse). Il acquit la propriété du Verger dans cette localité et Delphine y reçut, de 1834 à 1839, ses amis principaux auteurs du romantisme en France. Son salon en vint à éclipser celui de sa mère. Les invités furent tout d'abord reçus à Aix-la-Chapelle puis aussi rue Saint-Augustin, à Paris, par Delphine toujours habillée de blanc.

 

En tête de liste des habitués, figuraient Victor Hugo qu'elle a initié au spiritisme et aux tables tournantes ; Gioacchino Rossini, Juliette Récamier, Blanche-Joséphine Le Bascle d'Argenteuil, duchesse de Maillé; Joseph Méry, Charles Augustin Sainte-Beuve, Honoré de Balzac, Victor Jouy, Joseph et Antoine-Charles Vernet, François, baron Gérard; Antoine, baron Gros; François-Adrien Boeïldieu, Alexandre Soumet, le poète Arsène Houssaye, Nina de Villard, Giacomo Meyerbeer, Alexandre Guiraud, Jules de Rességuier, Charles Nodier, Léonie Biard, Eugène Scribe, Adolphe Thiers, Auguste Mignet, Henri de La Touche, Alfred de Musset, Hector Berlioz, ThéophileGautier, Frédéric Soulié, Laure Permon Junot, duchesse d'Abrantès; Marceline Desbordes-Valmore, Alfred deVigny, le peintre Jean-Baptiste Isabey, Eugène Sue, Germaine de Staël, le grand comédien François Joseph Talma, Louis Ganderax, François René de Chateaubriand, Mélanie Waldor, Eugène Delacroix, Alphonse deLamartine, Jules Janin, Jules Sandeau, Franz Liszt, Sulpice Guillaume Chevalier, dit Paul Gavarni; AlexandreDumas (père), le duc de La Rochefoucauld, George Sand, Fortunée Hamelin et Honoré de Balzac celui-ci conquis par ce salon qu'il trouve bon enfant..

 

Un cancer a emporté vers la cinquantaine cette muse si prolifique.

 

Publié dans XIXe Siècle

Commenter cet article