Elisabeth Kübler-Ross

Publié le par Socrates Philalethe

Elisabeth Kübler-Ross (née le 8 juillet 1926 à Zurich en Suisse et décédée le 24 août 2004), était une psychiatre et une psychologue américaine, pionnière de l'approche des « soins palliatifs » pour les personnes en fin de vie et de l'accompagnement aux mourants.

Elle a accompagné des milliers de personnes en fin de vie, a étudié les différents stades par lesquels passe une personne lorsqu'elle apprend qu'elle va mourir et également le phénomène des expériences de mort imminente (plus connu sous le terme anglais NDE: Near Death Experience) et du « tunnel de lumière ».

En son honneur, le prix de recherche « Elisabeth Kübler-Ross » est décerné tous les deux ans par l'unité « Éthique et fin de vie » de l'Institut Universitaire Kurth Boesch à Sion en Suisse par le Professeur Charles-Henri Rapin.


Elisabeth est née le 8 juillet 1926 à Zurich, en Suisse. Elle est l'aînée de triplées : « on ne s'attendait pas à ce que je vive. »

En 1942, pour faire des études de médecine, elle devient réceptionniste d'un ophtalmologue, elle s'occupe d'enfants devenant aveugles ; c'est avec eux qu'elle découvre les cinq phases du deuil. En 1945, avec les "Volontaires pour la paix", elle se rend en Suède, puis va en Pologne, au milieu d'une épidémie de typhoïde. Au camp de concentration nazi de Majdanek, elle découvre les papillons noirs dessinés par les enfants avant de mourir. Atteinte de typhoïde, elle rentre en Suisse.

En 1949, elle passe l'équivalent du bac et commence des études de médecine. Son compagnon, Emmanuel Ross, un juif du Bronx, lui apprend à faire des dissections de cadavre. Elle est reçue médecin à l'Université de Zürich en 1957et va aux États-Unis. Après d'autres hôpitaux, elle se trouve à Denver .Là, va ainsi commencer une expérience inédite qui fera bouleverser toute son existence a venir. Son supérieure doit partir en voyage en inde, mais une conférence était prévue à Denver à la même date. Elisabeth aura la responsabilité de conduire le séminaire à des internes et des étudiants en médecine. Le thème sera sur l'état psychologique du mourant face à la mort. Et pour cela, elle fera venir Linda de 16 ans, mourante, atteinte d une leucémique pour ainsi parler de son état actuel devant le public.

Elle obtient son titre de psychiatre en 1963 à l'Université de Chicago. À Chicago, en 1965, elle suit une psychanalyse[réf. nécessaire]. Elle discute avec des mourants derrière un miroir sans tain. La célébrité lui tombe dessus après un article dans la revue Life du 21 novembre 1969[réf. nécessaire]. Elle publie son premier livre en 1969 : On Death and Dying (traduit en français sous le titre : Les derniers instants de la vie). L'Université se ligue contre elle[réf. nécessaire]. Elle quitte Chicago avec son mari.

En 1972, elle fait des sorties hors du corps en suivant la méthode de Robert Monroe. Elle rencontre un ange, qu'elle nomme my ghost. Elle écrit la préface du livre de Raymond Moody Life after life (1975). L'hostilité des universités grandit. Elle s'installe à Escondido, au sud de la CalifornieElle organise des séminaires[réf. nécessaire]Elle retourne en Virginie, se concentre sur les enfants qui vont mourir et découvre qu'ils le savent[réf. nécessaire]Après une dépression[réf. nécessaire], elle va vivre en plein désert en Arizona. Elle meurt à 78 ans le 24 août 2004, à Scottsdale, en Arizona, en compagnie de son fils Kenneth et de sa fille Barbara. Elle est incinérée.

Stades de la mort annoncée [modifier]

Selon Elisabeth Kübler-Ross (1969), après un diagnostic de maladie terminale, on observe "cinq phases du mourir" (Five Stages of Grief). Kübler-Ross a initialement appliqué ces étapes à toute forme de perte catastrophique (emploi, revenu, liberté). Cela comprend également la mort d'un être cher, le divorce, la toxicomanie, ou l'infertilité.

  1. Déni (Denial) ; Exemple - « Ce n'est pas possible, ils ont dû se tromper."
  2. Colère (Anger) ; Exemple - "Pourquoi moi et pas un autre ? Ce n'est pas juste !"
  3. Marchandage (Bargaining) ; Exemple - "Laissez-moi vivre pour voir mes enfants diplômés." "Je ferai ce que vous voudrez, faites-moi vivre quelques années de plus."
  4. Dépression (Depression) ; Exemple - « Je suis si triste, pourquoi se préoccuper de quoi que ce soit ?", "Je vais mourir... Et alors ?"
  5. Acceptation (Acceptance) ; Exemple - "Maintenant, je suis prêt, j'attends mon dernier souffle avec sérénité."

On remarque que l'acceptation de la mort passe par les mêmes étapes que le deuil.

Kübler-Ross a également fait valoir que ces étapes ne sont pas nécessairement dans l'ordre indiqué ci-dessus, toutes les étapes ne sont pas non plus vécues par tous les patients, mais chaque victime en vivra toujours au moins deux.

Il est à noter qu'elle passa elle-même par les deux premières phases en apprenant son cancer, non sans le remarquer et le commenter.

Culture populaire [modifier]

Les cinq stades de la mort annoncée sont cités et illustrés dans de nombreux films comme Le portrait de David Gayle (avec Kevin Spacey) ou All That Jazz (Que le spectacle commence) de Bob Fosse. De nombreuses séries évoquent également le concept comme l'épisode 11 de la deuxième saison des Simpsons (Un poison nommé Fugu). Dans la série Dr House saison 2 épisode 1, Cameron qui s'occupe d'une patiente atteinte d'un cancer du poumon demande de l'aide au Dr House et reçoit comme unique réponse les 5 phases d'approches de la mort. Dans l'épisode 404 de la série The O.C., un psychologue explique les différentes étapes du deuil à Summer qui essaie de faire face à la mort de sa meilleure amie, Marissa. Ils sont aussi cités dans le premier épisode de Dead like me, lorsque George vient de mourir écrasée par le siège des toilettes de la station MIR. dans Grey's Anatomy (saison 6, épisodes 1 et 2) ou dans la sérieOne Tree Hill , dans l'épisode 17 de la saison 3 . Lucas et ses amis doivent faire face au décès de Keith et le scenario de l'épisode se découpe en 5 parties, celles des 5 stades de la Mort .

Bibliographie [modifier]

Œuvres [modifier]

  • Les Derniers Instants de la vie (On death and dying) (1969), Labor et Fides, 1975(ISBN 2-8309-0096-0)
  • Leçons de vie : Deux experts de la mort et des phases terminales nous révèlent les mystères de la vie (2002), Poche, avec David Kessler, Loïc Cohen, 2004(ISBN 2-266-12819-1)
  • Accueillir la mort, Pocket, 2002(ISBN 2-266-09642-7)
  • La Mort est un nouveau soleil, avec Renate Prym-Khoshkish, Pocket, 2002(ISBN 2-266-12219-3)
  • Avant de se dire au revoir, Presse du Châtelet, 1999
  • La Mort est une question vitale, Pocket, 2000(ISBN 2-266-08028-8)
  • La Nostalgie de sa maison, Le Courrier du Livre, 1998(ISBN 2-7029-0382-7)
  • Vivre avec la mort et les mourants (1981), avec Renée Monjardet, Éditions du Rocher, 1997(ISBN 2-268-02465-2)
  • Mémoires de vie, Mémoires d'éternité : la mort n'existe pas, avec Loïc Cohen, Pocket, 1999(ISBN 2-266-08518-2) - ou bien : Traduction : Loïc Cohen, JC Lattès (1997), (ISBN 2-7096-1845-1) (avec photos)
  • La Mort, porte de la vie, LGF, 1995
  • Une lettre à un enfant devant la mort, Tricorne, 1992
  • La Mort et l'enfant (1985), Éditions du Tricorne, 1986(ISBN 978-2-268-01750-1)
  • Le Sida, un défi à la société (1988), Inter Éditions
  • Sur le chagrin et sur le deuil, avec David Kessler, Éditions Jean-Claude Lattès, 2009(ISBN 978-2-7096-3034-4)
  • La mort est une question vitale, Éditions Albin Michel, 2010(ISBN 978-2-226-21560-4)

Études sur Elisabeth Kübler-Ross [modifier]

  • Derek L. T. Gill, Quest: The Life of Elisabeth Kübler-Ross, New York: Harper & Row, 1980.
  • Suzanne Shaup, Elisabeth Kübler-Ross, Le Courrier du livre, 1997.

Publié dans XXe siècle

Commenter cet article