Gabriel Naudé (1600 - 1653)

Publié le par Socrates Philalethe

1623 - Gabriel NaudéLe texte des affiches est reproduit dans un ouvrage publié la même année par Gabriel Naudé, qui mena une enquête : Instruction à la France sur la Vérité de l'Histoire des Frères de la Rose-Croix où l'auteur expose la légende de Christian Rosenkreutz et ironise sur la prétention des frères de la Rose-Croix de réformer le monde. Il voit en eux des êtres acharnés à détruire la religion catholique et le pouvoir royal. Gabriel Naudé parle à propos du retentissement des affiches « d'un ouragan soufflant sur toute la France à l'annonce de l'arrivée de la mystérieuse fraternité venue d'Allemagne ». Il multiplie ses attaques dans des livres aux titres évocateurs, comme "Effroyables pactations faites entre le diable et les prétendus Invisibles" (1623) dans lequel il parle d'une réunion de 36 invisibles à Lyon le 23/06/1623. Par la suite, il se montrera cependant plus conciliant avec l'ésotérisme dans son « Apologie pour tous les grands personnages qui ont été faussement soupçonnés de magie » de 1625, dans lequel il défend Ficin, Pic, Agrippa... Semble très informé, il tourne en dérision le symbolisme rosicrucien (« voyez messieurs Diane la chasseresse qu’actéon vous présente dans sa nudité ») ; parle des mouvement de terreur et d’espoir qu’ont suscités les affiches en France. Il dénonce Dee, Trithème, Zorzi, Foix-Candale, Tyard, Bruno, Lulle, Paracelse… et aussi Thomas More et Rabelais.  Ce peut être un agent provocateur des rose-croix où un Jésuite qui profite de l'évènement pour discréditer l'humanisme

1625 - Faculté de théologie de Paris, elle allait bientôt censurer officiellement l'"Amphitheatrum Sapientiæ Aeternæ" d'Heinrich Khunrath. 

Gabriel Naudé (né le2 février 1600 à Paris et mort le10 juillet 1653 à Abbeville) est unbibliothécaire français.

Sommaire

 [masquer]

Biographie [modifier]

La formation [modifier]

Gabriel Naudé naît au début du mois de février 16001 à Parisc 1 dans une famille relativement modeste. Son père Gilles Naudé possède un petit office au bureau des finances ; sa mère Marguerite Descamin ne sait pas lire. Il possède en revanche un oncle, Pierre Nodé, qui s'est élevé grâce à l'Église : appartenant à l'ordre des Minimes, il préside plusieurs années le chapitre de Parisc 2.

Naudé étudie successivement dans plusieurs collèges (collège du cardinal-Lemoine, collège d'Harcourtcollège de Navarre grâce au soutien de Gabriel de Guénégaudtrésorier de l'Épargned 1). Il suit dans ce dernier collège les cours du sceptique Pierre Belurgey, dont il avouera qu'il l'ont beaucoup marqué. Il lit les auteurs tant modernes qu'anciens, dit particulièrement apprécier Montaigne etCharron, et recopie de nombreux textes dans ses carnets. Il obtient le titre de maître ès arts : son entourage lui conseille de tenter d'obtenir le titre de docteur en théologie - l'Église demeurant le meilleur moyen de s'établir socialement pour un jeune issu d'une famille modeste - mais Naudé choisit finalement la médecine. C'est au cours de ces études qu'il rencontre un jeune homme qui demeure son ami sa vie entière, Guy Patinc 3.

La réputation de Naudé s'établit rapidement. Sa très grande culture encyclopédique et son talent de bibliographe sont reconnus et il publie en 1620, à ses frais, Le Marfore ou Discours contre les libelles2. Dans cet opuscule, il prend la défense du connétable de Luynes contre les pamphlets qui l'attaquent : sa très bonne connaissance des textes anciens lui permet d'utiliser de très nombreuses citations afin de s'opposer aux démagogues qui ruinent l'autorité du roi, « volent et desrobent la bonne renomée de leur prince, aigrissent les esprits de ses peuples contre luy et taschent par ces pommes de discorde de les preparer à une gigantomachie et rebellion manifeste, ou comme ces hommes de Cadmus à se ruiner eux mesmes par tumultes et seditions »3.

Aussi est-il appelé en 1622 par Henri de Mesmes, président à mortier auparlement de Paris pour s'occuper de sa bibliothèque privée, une des plus belles de l'époque, riche de huit mille volumes, dont de nombreux manuscrits latins et grecsc 4.

Bibliothèque [modifier]

Il travaille notamment pour le cardinal de Bagni et Francesco Barberini à Rome, puis pour le cardinal de Mazarin et constitue une bibliothèque qui est la base de l'actuelle bibliothèque Mazarine.

Parcourant l'Europe pendant dix ans, il aida Mazarin à la constitution de sa bibliothèque, ramenant plus de 40 000 volumes dont une grande partie de manuscrits précieux. Il est célèbre pour avoir rédigé l'Advis pour dresser une bibliothèque, qui est le premier manuel de bibliothéconomie français.

 

Publié dans XVIIe Siècle

Commenter cet article