Khizir Khayr ad-Dîn dit Barberousse (1466 - 1546)

Publié le par Socrates Philalethe

 

Khizir Khayr ad-Dîn (turc : Barbaros Hızır Hayreddin Paşa, arabe : خير الدين ayr ad-dīn, bienfait de la religion) (ou Chair ad Din, diminutif: Chaireddin, voire Cheireddin) dit Barberousse, Grand Amiral de l'Empire ottoman, frère cadet d'Arudj Reïs, né en 1466 dans l'île de Lesbos (Mytilène), mort le 4 juillet 1546. Il fut, tout comme Andrea Doria, un grand marin.

Sommaire [masquer]

                               1 Biographie

                                          1.1 Bey d'Alger

                                          1.2 Pacha à Istanbul

                               2 Portrait

                               3 Chronologie

                               4 Voir aussi

                               5 Bibliographie

                               6 Liens externes

Biographie [modifier]

Yacoub Reïs, potier de Mytilène, et son épouse Katalina, eurent quatre fils : Arudj (Oruç), Eliah, Isaak et Khizir. Eliah mourut précocement, les deux derniers étaient potiers comme leur père, et Arudj marin, corsaire sur des navires turcs. Les origines de la famille sont pour le père albanaises et la mère, ancienne veuve d'un prêtre Grec,était d'origine catalane. À sa mort, ses fils Khizir et Isaak vont rejoindre leur frère Arudj en piraterie sous la bannière du croissant. Ils se feront désormais appeler Khayr ad-Din et Ishaq. Sous le commandement de leur aîné, ils vont convoyer des musulmans et des sépharades fuyant la pression de l'inquisition espagnole et les conversions de force décrétées par Isabelle la Catholique en 1492, de l'Andalousie vers l'Empire ottoman où le sultan Bayezid II leur a donné refuge. Cela leur confèrera un grand prestige auprès des juifs et des musulmans, et ce fut à cette période qu'ils acquirent le surnom de « Barberousse ». Les trois frères vont sillonner la Méditerranée s'adonnant à la « Course » contre les navires chrétiens avec pour ports d'attache Tunis, Djerba, Jijel et Alger, où Arudj, usant de ruse et de cruauté, se fit bey de la cité.

Bey d'Alger [modifier]

Khayr ad-Din s'était vu confier l'autorité sur Alger durant la période où Arudj allait à la conquête de l'Ouest algérien. A la mort de son frère, il fut proclamé bey d'Alger par les corsaires et les soldats. Craignant une attaque des Espagnols, il fit allégeance à l'Empire ottoman, dont le sultan Sélim Ier lui envoya une troupe de 2000 janissaires munie d'artillerie et 4000 volontaires.

Entre temps il dut juguler une révolte des algériens et faire face à un nouvel assaut espagnol. Le 17 août 1518, Hugo de Moncade, Chevalier de Malte, mandaté par Charles Quint, se présenta devant Alger avec trente vaisseaux, huit galères et quelques brigantins, soit plus de 5000 hommes. Moncade fut défait sévèrement et ne dut son salut qu'à la fuite avec quelques rescapés.

Barberousse sera néanmoins vaincu, mais par une armée de Hafsides alliée à Ben-el-Kadi, l'émir de Kouko. Il cédera Alger à son ennemi kabyle et se repliera sur Jijel. Il revint à sa carrière de moudjahid pour reconstituer ses finances (1520-1525).

Il reprit ses conquêtes dès qu'il le put. Il s'empara de Collo de 1520, de Qasentina (Constantine) en 1521) puis d'Annaba (Bône) en 1522, tout en s'adonnant à la « Course » une à deux fois par an, accroissant sa flotte et ses richesses. Enfin il reprit Alger, où les Kabyles qui l'en avaient chassé s'étaient rendus impopulaires (1525). Il réprima brutalement toute tentative de soulèvement mais la forteresse espagnole du Peñon menaçait toujours la ville.

En 1529, Barberousse entreprit le siège du Peñon. Après deux semaines d'intensifs bombardements d'artillerie, les Ottomans prirent le fort d'assaut par mer et de nuit. Le commandant Martin de Vargas se rendit. 90 soldats espagnols, 25 femmes et enfants furent faits esclaves. Barberousse fit raser la forteresse et employa les pierres pour la construction d'un môle, de 200 m de long et 25 m de large, reliant les îlots à la cité, créant ainsi le port d'Alger. Acte de fondation de la Régence d'Alger. La flotte barbaresque en fit son refuge habituel dans cette partie de la Méditerranée.

En 1531 l'Amiral gênois Andrea Doria, au service de l'Espagne, se fit fort de le vaincre à Cherchell. Il subit une défaite historique. 400 Espagnols furent tués. Barberousse poursuivit la flotte espagnole en déroute et ravagea au passage les côtes italiennes et la Provence.

En 1533, Barberousse, convoqué à Constantinople par Soliman, fut nommé Grand Amiral de la Flotte Ottomane par le Sultan qui l'investit des titres de Pacha et de Beylerbey. Alger, maintenant pachalıkottoman, restera sous la garde de son eunuque Hassan Ağa.

C'est investi du titre de beylerbey qu'il préparera la campagne contre Tunis; Khayr ad-Din cherchant à punir le sultan hafside et à annexer des territoires pour le compte de la Sublime Porte. Il attaqua la Tunisie et profita des dissensions des Hafsides pour entrer dans Tunis (août 1534). Il proclama la déchéance des Hafsides et installa une garnison à Kairouan.

Les Espagnols, aidés par les Tunisiens inquiets de ces succès, furent appelés au secours par le sultan hafside détrôné, Abû `Abd Allâh Muhammad al-Hasan. Charles Quint prit lui-même la tête d'une expédition de 412 bâtiments et 27 000 hommes. Il reprit Halq al-Wadi (Halk el-Oued ou La Goulette), port de Tunis (14 juillet 1535), puis Tunis même avec l'aide des habitants que Barberousse n'avait pas éliminés. Les Espagnols vont massacrer le tiers de la population de la ville pendant trois jours, avec l'accord du roi hafside. Barberousse combattit jusqu'à la dernière minute les troupes espagnoles et se replia à Annaba (Bône) où il trouva un soutien. Revenant à son activité de corsaire, il prit Mahon (capitale de l'île de Minorque, dans l'archipel des Baléares), où il fit 6000 prisonniers et un énorme butin (1536).

Après ce raid, il mouillera une dernière fois à Alger qu'il quittera définitivement pour poursuivre, pour la gloire de l'Empire ottoman, sa carrière en Méditerranée.

Pacha à Istanbul [modifier]

A Istanbul, Barberousse va réorganiser la flotte ottomane; les mémorialistes turcs le considèrent comme le père de la Marine Ottomane. Kheyr ad-Din devait faire des descendants des nomades asiatiques une des premières puissances navales et placer le prestige maritime de l'empire sur un piédestal où nul ne l'attendrait au cours du règne de Soliman écrivit l'historien Jean-Louis Belachemi.

Amiral de la flotte ottomane, Kheyr ad-Din dirigea plusieurs campagnes contre les Occidentaux.

En 1534, il effectua plusieurs raids le long de la côte italienne. Un des épisodes les plus rocambolesques de cette campagne est certainement la tentative de rapt sur la personne de Giulia Gonzaga (1513-1566), une jeune noble dont la réputation d'être "la plus belle femme d'Italie" avait dépassé les frontières de son pays. Veuve très jeune du comte Vespasiano Colonna, Giulia avait refusé de se remarier et fait de son château de Fondi un lieu de culture prisé de ses contemporains. Le rapt de Giulia Gonzaga fut commandé à Kheyr ad-Din par le grand vizir Ibrahim qui voyait en elle le moyen d'évincer du coeur de Soliman sa favorite Roxelane, dont l'habileté politique en faisait une rivale exécrée. La ville de Fondi n'étant pas située sur la côte, Kheyr ad-Din débarqua de nuit plusieurs milliers de janissaires chargés de capturer la belle. Celle-ci échappa de justesse à ses ravisseurs, fuyant à cheval en pleine nuit avec l'aide de son écuyer. De dépit, Kheyr ad-Din fit massacrer la population de Fondi.

En 1537, il razzia à nouveau la côte italienne.

L'année suivante, la guerre fut déclarée entre le Sultan et les Vénitiens alliés au Pape Paul III et à Charles Quint. Les Alliés réunirent une armada sous le commandement d'Andréa Doria qui se porta au-devant de Barberousse à Prévéza. Ce fut la plus grande victoire navale remportée par la Flotte ottomane.

En 1539, il s'empara de Castelnuovo en Dalmatie, tuant 400 mercenaires espagnols en garnison. Cette expédition força les Vénitiens à demander la paix et l'Amiral rentra à Constantinople se reposer.

La dernière campagne eut lieu en 1543. François Ier demanda au Grand Seigneur (le sultan ottoman) d'envoyer sa flotte contre l'empereur Charles Quint. Barberousse sortit pour la quatrième fois avec cent galères, pillant et saccageant la Calabre. Puis il assiégea Nice qui préféra se rendre aux Français. De retour vers Constantinople il attaqua l'Ile d'Elbe.

Au crépuscule de sa vie il fit bâtir une mosquée à Istanbul à côté de laquelle il édifia un mausolée funéraire qui existe toujours dans le quartier de Beşiktaş. Il décéda le 4 juillet 1546 à la veille de ses 80 ans.

Portrait [modifier]

Khayr ad-Din Barberousse était grand de taille et robuste. Les muscles de ses épaules massives saillaient sous une chemise de gaze échancrée révélant un torse puissant et sa culotte de drap fin moulait des jambes musculeuses et nerveuses habituées à l'exercice physique.

Il avait une forte barbe broussailleuse, non point rousse comme son frère, mais châtaine, de gros sourcils et de longs cils. Le front bombé, des yeux scrutateurs et un nez qui fondait sur des lèvres charnues et dédaigneuses donnaient au corsaire un air d'une espèce d'intelligence froide et peu scrupuleuse. Quant à la fossette du menton et au pli de la mâchoire, ils disaient mieux que tout le passé peu amène du personnage. Mais son corps résistait bien aux affres du temps et à 60 ans, il séduisait encore.[réf. nécessaire]

Chronologie [modifier]

        1466 septembre - Naissance de Khayr ad-Din.

        1504 à 1518 - Khayr ad-Din lieutenant de Arudj.

        1518 mai - Mort d'Arudj. Khayr ad-Din roi d'Alger.

        1518 août - Hugo de Moncade défait devant Alger

        1519 - Alger devient province Ottomane.

        1520 - Barberousse chassé d'Alger. Ben-el-Kadi roi d'Alger.

        1520 - Mort du sultan de Tlemcen Abou Hammou.

        1520 septembre 21 - Mort de Sélim Ier.

        1521 - Prise de Constantine.

        1522 - Barberousse s'empare de Annaba (Bône).

        1522 décembre 22 - Soliman conquiert Rhodes.

        1525 - Retour de Khayr ad-Din à Alger. Ben-el-Kadi tué.

        1525 février 24 - François Ier battu à Pavie et fait prisonnier.

        1526 - Soumission de Mostaganem.

        1529 mai 21 - Barberousse maître du Peñon.

        1530 à 1532 - Construction de la jetée du port d'Alger et poursuite de la Course. Naissance de la Régence d'Alger.

        1533 août - Départ de Barberousse pour Constantinople. Il est nommé Capitan-Pacha.

        1534 - Kheyr ad-Din Barberousse nommé Beylerbeyi par Soliman le Magnifique.

        1534 août 1er - Il quitte le Bosphore et cingle vers l'Italie.

        1534 août 20 - S'empare de Bizerte et La Goulette.

        1535 juillet 21 - Charles Quint reprend les villes tunisiennes.

        1536 - Barberousse razzie et pille Mahon.

        1536 - Khayr ad-Din quitte Alger.

        1538 juin - Ligue des Etats italiens et de la Maison d'Autriche contre les Ottomans.

        1538 septembre 27 - Victoire navale de Prévéza.

        1539 - Castelnuovo. Conquête des îles vénitiennes et génoises.

        1541 octobre - Désastre de Charles Quint devant Alger.

        1543 - Expédition en Provence. Siège de Nice. Hiverne à Toulon.

        1544 mai à juillet - Ultimes razzias en Italie et à l'Ile d'Elbe.

        1546 juillet 4 - Mort de Barberousse.

Voir aussi [modifier]

        Régence d'Alger

        Traite musulmane

Publié dans XVIe Siècle

Commenter cet article