Lazare Zetzner (1551 - 1616)

Publié le par Socrates Philalethe

Lazare Zetzner (vers 1551 ?-1616) est un éditeur et imprimeur humanistestrasbourgeois de la Renaissance.

Fils de Lazare Zetzner et Rachel Buchler mariés vers 1545, il naquit le3 mai 1551 [réf. souhaitée]. Il se maria à Catharina Heber 14 avril 1578, et ils eurent neuf enfants [réf. souhaitée].

Il fut éditeur et imprimeur (on disait bibliopole) à Strasbourg de 1582 à sa mort, le10 février 1616[réf. souhaitée]. Il publia, souvent en collaboration avec l'université de Strasbourg, des ouvrages d'histoire, de droit, de philosophie et de médecine, d'auteurs antiques aussi bien que d'humanistes contemporains1. On lui doit notamment un important recueil des œuvres philosophiques de Raymond Lulleles Raymundi Lullii Opera (1598) (qui ne contient pas les traités alchimiquespseudo-lulliens).

Il publia également une réédition des œuvres complètes de Paracelse, ainsi que divers traités alchimiques paracelsiens (sachant que si Paracelse lui-même rejetait la transmutation des métaux, ne s'intéressant qu'à l'aspect médical de l'alchimie, ses disciples de la seconde moitié du xvie eurent tôt fait de le réintégrer dans les adeptes de la recherche du Grand Œuvre). Dans le cadre d'une stratégie éditoriale qui ne craignait pas les contradictions, lui faisant publier à la fois Paracelse et des traités de médecine galénique à laquelle ce dernier s'opposait, il publia en 1603 (juste un an après le Theatrum Chemicum), le violent pamphlet contre l'alchimie transmutatoire du médecin lorrain Nicolas Guibert 2. Il fut également, avec ses héritiers, l'imprimeur de Johann Valentin Andreae, le principal instigateur de l'affaire des Rose-Croix, en notamment des Noces Chymiques de Christian Rosenkreutz, parues anonymement en 1616.

Zetzner, comme il l'avait fait avec la philosophie et l'« Art » lullien, contribua à propager le paracelsisme en Europe, en le plaçant ainsi le dans une « vaste, solide et antique tradition alchimique »3 : « ces deux mouvements, en dépit de leur différences, poursuivaient un même idéal : la réalisation d'une science universelle qui devait garantir le progrès du savoir tout en servant de religion à la communauté fraternelle des hommes »4

  1.  (Kahn 2007p. 112-113)
  2.  Alchymia Ratione et Experientia ita demum viriliter impugnata & expugnata, una cum suis fallaciis & deliramentis, quibus homines imbubinarat : ut nunquam imposterum se erigere valeat
  3.  (Kahn 2007p. 117)
  4.  (Kahn 2007p. 121) qui cite Rita Sturlese Lazar Zetzner, "Bibliopola Argentinensis". Alchimie und Lullismus in Straßburg an den Anfängen der Moderne, in: SudArch 75, 1991, S. 140-162 Sudhoffs Archiv. [archive] sur /www.fordham.edu.

 

Benedictus Figulus (nom latin de Benedikt Töpfer, né en 1567, mort entre 1617 et 1630) est un alchimiste et paracelsien allemand. Il édita de nombreux traités alchimiques et participa à l'édition des oeuvres de Paracelse

Au début des années 1610, il fut chargé par l'imprimeur de Strasbourg Lazare Zetzner de préparer la seconde édition de la grande anthologie alchimique duTheatrum Chemicum, dont il prévoyait prévoyait trois nouveaux volumes, sous un titre passablement mystique : Théatre d'or tout nouveau et béni, rayonnant des opulentes richesses du présent siècle d'or, rempli des ouvrages jusqu'alors inconnus, des plus excellents philosophes, tant anciens que modernes, traitant de la grande merveille bénie et du miraculeux mystère de la pierre physique et tinctoriale, de sa préparation et de son acquisition.. Mais, inquiété lors des prémices de l'affaire des Rose-Croix losque son ami Adam Haselmayer fut arrêté, Figulus dut s'enfuir1.

Publié dans XVIe Siècle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article