Le Bektashisme et autres Soufismes

Publié le par Socrates Philalethe

Le bektashisme (en Turc Bektaşilik ; en Albanais : Bektashizmi ou Bektashizëm) est un ordre religieux, issu de la mouvance sunnite et soufi de l'Islam mais considéré comme une branche du chiisme par les Turcs car ses adeptes vénèrent l'Imam ʿAlī ibn Abī T̩ālib. Beaucoup de ses rites sont spécifiques au bektachisme

Sommaire [masquer]

                  1 Histoire

                  2 Croyances

                  3 Place dans l'Islam

                  4 Influence politique

                  5 Littérature

                  6 Références

                  7 Liens externes

Histoire [modifier]

Le mouvement fut fondé au 13ème siècle par Haci Bektas Veli puis fut largement influencé dans sa formation au 15ème siècle par l'Hurufisme1

Essentiellement basé en Anatolie, l'ordre fut réorganisé par Balim Sultan au 16ème siècle puis se diffusa fortement dans les élites ottomanes et dans les campagnes.

Croyances [modifier]

Les rites bektachis sont proches du soufisme. Il y a une vraie recherche d'un guide spirituel (un "baba"). Chacun des membres de la communauté peut être initié jusqu'à devenir un derviche puis au final, un "baba".

Les bektachis pensent que le Coran doit être lu à deux niveaux : de l'extérieur (zahir ظاهر) et de l'intérieur (batin باطن). Ce qui laisse la place à une interprétation ésotérique des textes

Les bektachis vénèrent l'Iman Ali au même titre que les chiites. Tout comme le mouvement soufi, on peut dire que Bektachi est à cheval entre sunnisme et chiisme.

Place dans l'Islam [modifier]

Le bektachisme et l'alévisme sont très proches en terme de culture et de philosophie et, de nos jours, les Turcs ne font plus vraiment la différence entre les deux mouvements qui sont considérés comme des branches du chiisme.

En revanche, dans l'ancienne zone d'influence de l'Empire ottoman dans les Balkans (Albanie,Kosovo,Macédoine), le bektachisme est considéré comme une vraie secte au sein de l'Islam sunnite.

Influence politique [modifier]

La confrérie des bektachis a eu une influence non négligeable sur la vie spirituelle des Turcs, et notamment de ceux qui ont pris part au mouvement « Jeunes-Turcs ».

Dans "Histoire de l'Empire ottoman"2, François Georgeon explique que le Comité Union et Progrès émane à la fois des Bektachi et des loges maçonniques de Salonique.

D'après Irène Mélikoff, les Bektachis constituent un courant libéral dans l'Islam. Ils auraient un grand esprit de tolérance, non-conformiste et anticlérical.

Ils n'ont pas de mosquées, les femmes ne sont pas voilées. Ils seraient un rempart contre l'intégrisme.

Ils s'expriment par des poèmes chantés, comme ceux d'Achik Ibreti(1919-1976).

Par ailleurs, l'islam alevi, particulièrement ésotérique, est, par essence et de facto, incompatible avec les mouvements politico-religieux de l'islam orthodoxe qui le considèrent généralement comme hérétique.

De ce fait, ils sont persécutés.

Commenter cet article