Les Mystères d'Eleusis

Publié le par Socrates Philalethe

 

Les Mystères d'Eleusis

 

L'hymne homérique à Déméter relate ce qui fonde les Mystère d'Eleusis, le premier parmi les Mystères grecs.

Le sanctuaire a été inauguré vers -1300. Les Mystères y ont été célébré pendant 2000 ans. Ils ont eu une grande importance dans la vie religieuse panhellénique. Il y avait les Petits Mystères, les rites des Grands Mystères (les télété), et l'expérience finale (epopteia). Les Petits Mystères étaient célébrés une fois par an au printemps pendant 8 jours, pour qui souhaitait y assister (et parlait le grec). Les deux derniers n'ont jamais été révélés.

Les mystes ne formaient pas une « église ». C'était un système religieux qui complétait la religion olympienne. Le secret éleusinien est devenu un modèle exemplaire pour les autres cultes des Mystères.

L'expérience religieuse décisive devait être justement suscitée par la présence des déesses.

Dans le culte d'Attis, la phrase rébélée au myste « J'ai mangé au tambourin ; j'ai bu à la cymbale ; j'ai porté le kernos ; je suis entré sous le baldaquin » servait aux initiés comme mot de passe. L'analogie avec le synthema d'Eleusis est évidente.

La résurrection : Tous les cultes à Mystères dit « orphiques » sont modelés sur ce schème (mystère d’Eleusis)


Publié dans Pythagore

Commenter cet article