Rites de Memphis et de Misraïm

Publié le par Socrates Philalethe

 

 

 

 Gastone Ventura en a fait une étude historique dans son intéressant ouvrage Les Rites Maçonniques de Misraïm et Memphis.

        .1808 "
- Napoléon Ier autorise Raymond de Fabré-Palaprat (autoproclamé Grand Maître sous le titre de Monseigneur Bernard Raymond), un illuminé, à reconstituer l’Ordre du Temple et à organiser des cérémonies. Quelques maçons, convaincus de l’origine commune des 2 institutions, le rejoignent. Bernard-Raymond Fabré-Palaprat (1773–1838) was a French physician who founded a revival of the Knights Templar called "l'Orde du Temple" and the Johannite Church in 1805[1][2].Properly known by its full name, l'Église Johannites des Chretiens Primitif ("The Johannite Church of Primitive Christians"), this church was founded by Bernard-Raymond Fabré-Palaprat in 1804[1][2] as the "Johannite Church" apparently receiving its full name in 1828 after Fabré-Palaprat's discovery of the Levitikon.
- Au Congrès d'Erfurt (27 septembre au 14 octobre) Napoléon décore de la Légion d'honneur, Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) ; celui-ci a été initié à la Loge "Amalia zu den drei Rosen" à Weimar en 1780.

1809 :
- le Grand Orient d’Italie (Milan) et le Grand d’Orient de Naples se réunissent.
- Charles XIII, roi de Suède de 1809 à 1818, crée l'Ordre qui porte son nom ; il est destiné à récompenser la vertu et les traits de bienfaisance, et n'est conféré qu'aux sujets suédois qui appartiennent à la franc-maçonnerie.

 
- 29 mai : mort de Joséphine Tascher de la Pagerie, épouse du général de Beauharnais, puis de Napoléon Bonaparte. Elle raviva la Maçonnerie d'Adoption dont elle était la Grande Maîtresse.

 

 

1815 :
- 18 juin, à Waterloo, au sud de Bruxelles, les troupes anglo-hollandaises de Arthur Wellesley, duc de Wellington (initié en 1790 à la loge "Lodge at Trim n°494" en Irlande), et les troupes prussiennes de Gebhardt Lebrecht von Blücher (de la Loge "Archimedes" à Altenburg) remportent la victoire décisive sur l’armée de Napoléon Ier.
- Le Suprême Conseil proclame l’indépendance du Rite écossais Ancien et Accepté. Le Grand Orient crée le Suprême Conseil des Rites (futur Grand Collège des Rites)
- Constitution du Rite de Memphis par des frères ayant suivi Napoléon en Égypte.
- Le 7 décembre, à Paris, le maréchal Michel Ney (initié en 1801à la loge "Saint-Jean de Jérusalem" de Nancy), condamné par le Chambre des Pairs, est fusillé (certains prétendent qu'il ne l'a pas été).
Autres maréchaux francs-maçons : Suchet, Serurier, Beurnonville, Masséna, Lefebvre, Mortier...

1817 :
- Portugal, échec d’une conspiration soutenue par la charbonnerie et la franc-maçonnerie.
- James de Rothschild (1792 - 1868), franc-maçon qui aurait fait partie des hauts grades (33° degré du Conseil suprême français), s’installe définitivement à Paris, sous la raison sociale de Rothschild frères. 
Son frère, Nathan Meyer Rothschild (1777-1836), établi à Londres, a été initié, en 1802, à la Loge londonienne Emulation N°21. 

Le 11 octobre 1818, le duc Decazes (qui, en tant que souverain grand-commandeur, reconstituera le Suprême Conseil de France en 1821) envoie aux préfets une circulaire autorisant les réunions maçonniques (Louis XVIII est franc-maçon comme le futur Charles X son frère).

 

1817 - James de Rothschild (1792 - 1868), franc-maçon qui aurait fait partie des hauts grades (33° degré du Conseil suprême français), s’installe définitivement à Paris, sous la raison sociale de Rothschild frères. 
Son frère, Nathan Meyer Rothschild(1777-1836), établi à Londres, a été initié, en 1802, à la Loge londonienne Emulation N°21.

-- Le Rite de Misraïm --

Le Rite est une fusion d’enseignements kabbalistiques, écossais, martinistes et d’éléments de la mythologie héllenistique et égyptienne qui semblent plus caractériser les AA qui occupent les 4 derniers degrés, du 87° au 90°. Selon Gastone Ventura le 88° est un rite Martiniste.

Le Rite de Misraïm comptait des noms maçonniques illustres à sa tête : comme le Comte de Saint Germain, le Comte Muraire, Souverain Grand Commandeur du Rite Écossais Ancien Accepté, le Duc Decazes, le Duc de Saxe-Weimar, le Duc de Leicester, le Lieutenant Général Baron Teste, etc... Le Rite semble plus Jacobin et Républicain qu’Impérial, bien qu’ouvertement aristocratique.

 

La plupart des membres de la mission d'Égypte qui accompagnèrent Bonaparte étaient Maçons de très anciens Rites Initiatiques : Philalètes, Frères Africains, Rite Hermétique, Philadelphes, Rite Primitif, sans omettre le grand Orient de France.  C'est la découverte, au Caire d'une survivance gnostico-hermétique, qui va conduire ces Frères à renoncer à la filiation reçue jadis par la Grande Loge de Londres.

 

Le Rite de Misraïm a rencontré des oppositions au cours des temps de la part du pouvoir politique et des autres obédiences maçonniques comme la persécution systématique menée au siècle dernier par le gouvernement autrichien dans la Lombardie et la Vénétie et par les autres gouvernements dans les différents petits états de la péninsule, par l’Eglise en général et, à notre siècle, par le régime fasciste; également préjudiciable fut la lutte conduite par les différents Grands Orients, qui ont essayé par tous les moyens d’absorber le rite de Misraïm et qui, pénétrés par le vent de liberté et de démocratie porté par la Révolution Française, supportaient mal un rite qui se déclarait aristocratique et républicain (un tel paradox est à étudier). 

 

Le Rite Oriental de Misraïm, dénoncé aux forces de police de la Restauration comme un repaire de séditieux, «antimonarchiques et anti-religieux », prêts pour l'insurrection devint l'espace de rencontre de tous les opposants au régime, ce qui entraîna progressivement son déclin. Violemment anticlérical et antiroyaliste, le Rite groupe alors une cinquantaine de Loges à travers le pays, réunissant d’anciens jacobins nostalgiques de la République. La police de la Restauration obtient sa dissolution, avec le soutient du GO, alors à dominante monarchiste et catholique. 

  

Clandestin pendant dix-huit années, restauré en 1838, dissous à nouveau en 1841, il sort de la clandestinité en 1848. Dissous de nouveau en 1850, réveillé en 1853, Misraïm est reconnu par le Grand Orient de France en 1862. Il fut maintes fois condamné, voir interdit, pour avoir exprimé des pensées subversives contraires à l’éthique de la franc maçonnerie dont elle se réclamait, et fut longtemps soupçonnée de vouloir infiltrer cet Ordre pour y placer ses membres.

 

- La Filiation Napolitaine - 

Très proche du Grand Maître de l'Ordre des Chevaliers de Malte, Manuel Pinto de Fonseca, Cagliostro fonda en 1784 le Rite de la Haute Maçonnerie Egyptienne. Il reçut entre 1767 et 1775 du Chevalier Luigi d'Aquino, Frère du Grand Maître national de la Maçonnerie Napolitaine, les Arcana Arcanorum, trois très hauts grades hermétiques. En 1788, il les introduit dans le Rite de Misraïm et donna une patente à ce Rite.

On dit que le Rite de Misr (Misraïm) aurait eu pour origine l'Ile de Zante en 1782. Ce fut probablement une hébraïsation du rite hermétique napolitain (à la suite d'une fusion avec les sabbatéens ?).

- la RC Pythagoricienne -

Quatre ans après la fondation de l'Ordre Oriental de Mizraïm, la R+C Pythagoricienne, dont le siège était toujours en Italie (Venise?), fit initier ses adeptes, en grand secret, au rite de Mizraïm (1792). Dans les années 1797-1798, les FF\ de l'Ordre, et en particulier les FF\ R+C Pyt\ , durent fuir à Palerme l'invasion autrichienne.

En 1804, ils réformèrent le Rite de Mizraïm, réforme déjà étudiée à Venise, mais qui demeurait toutefois dans un cercle intérieur à l'Ordre. Cette réforme prit la dénomination officielle de Rite Oriental de Misraïm.

- La Filiation Bédarrides -

 

 

Misraïm va essaimer rapidement à Milan, Gênes, Naples et sera introduit en France par Michel Bédarride, qui avait reçu en 1810, à Naples, les pouvoirs magistraux du Frère De Lassalle.

Le rite réapparaît le 21 mai 1814 à Paris où les frères Bédarrides (Marc, Michel et Joseph, demi-solde de la campagne d’Italie) installent une loge grâce aux enseignements qu’ils auraient reçu à Naples, du F. Lassale, lors de la campagne napoléonienne.  

Cependant cette filiation est contestée, les FF. Bédarrides n’auraient en fait jamais eu connaissances des fameuses Arcana. En résulta un développement plus exotérique et mondain qu’ésotérique et porté sur le travail alchimique – on peut également rappeler l’utilité de ne transmettre ainsi qu’une partie des secrets. Ils développent le rite à Paris avec succès de 1810 à 1813, sous la protection du Rite Ecossais. Cette transmission est décidément plus Kabbalistique et judaïsante qu’égyptienne.

 

Dès 1814, existait à Montauban, une mission particulière, initiée par les Frères de Venise, selon l'ancienne rituélie du “premier” Memphis. Ce rite, se situant dans le prolongement des communautés israélites médiévales de Provence et du Languedoc suivait le rite Juif Séfarade de Carpentras, et était en outre très versée dans des études kabbalistiques. Plus kabbalistique qu’égyptien, il fut donc introduit et développée et dirigée en France par les frères Bédarrides, à une époque où les Juifs n’avaient aucun droit de cité au sein de la Franc maçonnerie, et cela quasiment sous la protection du Rite Écossais.

 

En 1846, Marc Bédarride cède sa fonction de Sérénissime Grand Maître à son frère Michel.

- La Filiation François Joly - 

Selon Reghellini de Schio, le 20 novembre 1816, le F. François Joly (ancien secrétaire général du Ministère de la Marine napoléonienne à Naples) accompagné des F.F. Gaborria et Garcia communique au Grand Orient de France "les secrets du Régime de Naples" ou "Arcana Arcanorum" qu'ils auraient reçus dès 1813 des FF. Lassale et Lechangeur. Cette filiation semble plus complète que celle des Bédarrides et comporter véritablement les AA dans ses derniers degrés. Remis le 8 Octobre 1816 au Grand Orient de France, un abrégé des quatre derniers grades du rite de Misraïm est présenté le 20 Novembre 1816 aux cinq membres d'une commission d'examen. Rédigé en italien, il a pour titre Arcana Arcanorum. Ils furent introduits dans le Rite de Misraïm , en parallèle aux quatre derniers degrés, du 87e au 90e , qui ne présentaient jusque là aucun aspect opératif .

François Joly contesta Marc Bédarrides et ne sera pas mentionné dans son livre sur le Rite. On peut raisonnablement formuler l’hypothèse que les Bédarrides ont en quelque sorte piraté le rite pour s’en faire les chefs sans en recevoir l’autorité. Nul ne sait si ils l’ont fait pour eux même ou sous l’ordre de forces plus occultes encore.

- Le Rite de Memphis - La Filiation Marconis de Nègre 

 

En 1815 (selon Robert Ambelain) ou 1838-39 (selon Gérard Galtier), sous la direction de Samuel Honis et de Jacques Etienne Marconis de Nègre (Montauban 1795 - Paris 1868), vénérable de la loge lyonnaise de Misraïm, "La Bienveillance", en utilisant toutes les initiations qu'il avait lui-même réussi à capitaliser, naît à Montauban le Rite de Memphis.

On prétend que pour cacher cet "emprunt", il allégea que le rite de Memphis était du à une filiation rituelle égyptienne reçue par son père. Gabriel-Mathieu Marconis de Nègre fut affilié à la Franc-maçonnerie. Robert Ambelain le décrit comme un maçon hautement initié aux "sciences secrètes". Il était détenteur de tous les degrés du Rite Écossais Ancien Accepté et de ceux de l’ancien Rite de Perfection. Et il était membre du rite primitif des Chefdebien dès 1759. Cet officier des armées napoléoniennes fut initié à la loge ISIS légendairement fondée par Napoléon après la campagne d’Egypte et fonda dès son retour d'Italie en 1798 une loge dite des "Pèlerins de Memphis".

Selon certains, il est une dissidence de Misraim. Misraïm rassemble des Républicains-Aristocrates, alors que le Rite de Memphis rassemble plus d’anciens demi-soldes demeurés fidèles à l’Aigle. Cependant, dès 1816, les deux rites ont le même Souverain Grand Maître Général. Faut-il y voir une alliance subséquente à la Restauration ?

Les deux rites furent réunis au moment de la proclamation du Royaume d'Italie par Napoléon. L'empereur les reconnut alors comme Ordre Oriental Ancien et Primitif de Mizraïm et Memphis et, en retour, tout naturellement, l'Ordre se montra favorable à Napoléon et à sa politique. 

 Ne connaîtra jamais que 5 ou 6 loges mais s'implantera au Etats-Unis, en Roumanie (Ceaucescu ?) et en Égypte et aura une grande influence dans le monde de l'occultisme. Fort prosélitysme de Marconis. Sa création dépasse en degrés celle de Misraïm : 91 degrés en 1839 puis 92 en 1842 et plus tard 95 ! Seule son acceptation au sein du Grand Orient en 1862, réussira à le ramener à 33°. Le rite de Memphis se complète d'enseignements moins hébraïsants que ceux de Misraïm mais finira lui aussi par s'éteindre au tout début de XXe siècle en se fondant au sein du Grand Collège des Rites du Grand Orient de France. Le Grand Orient de France, alors majoritairement monarchiste, demande et obtient la dissolution de Memphis. En 1826 cependant, le Rite reprend ses travaux sous l'Obédience du même Grand Orient. Dissous comme Misraïm en 1841, Memphis entre, lui aussi, dans la clandestinité. Il ne réapparaît qu'avec la République, en 1848. Dissous de nouveau en 1850, il est réveillé en 1853. Marconis présentera plus tard plusieurs versions du rite en 1861 dans le Rameau d'or d'Eleusis.

En 1856-57, Marconis est a New York ; il donne une patente à J. Mitchell pour former un Suprême Conseils des Sublimes Maîtres du Grand Oeuvre (90°) puis en 1857 un Souverain Grand Conseil Général (94°). La patente datée du 7 octobre 1857, suivra de Paris. C'est l'époque où le futur Grand Hiérophante H.J. Seymourreçut le 90°. Ce dernier sera à Paris en juin 1862 où il y reçut le 95° puis le 96° du grand Hiérophante ainsi que la patente puis créer les Souverains Sanctuaires. Marconis décède en 1868. 

 

 

 

Le rite de Memphis 

Vers 1814, Marc et Michel Bédarrides, cadres de l'armée de 

Napoléon en Italie, rapportent à Paris le Rite de Misraïm (mot 

hébreu pour " Égyptiens "). En fait, en dehors de son nom, cet 

ordre fait très peu référence à l'Égypte dans ses cérémonies. Ce 

rite est né dans les milieux français militaires et administratifs 

d'Italie, installés dans ce pays à la suite des campagnes 

napoléoniennes. À cette époque, français et anglais se disputent 

l'Égypte. Les francs-maçons sont très nombreux dans les armées 

impériales, et l'on comprendra qu'ils aient été alors tentés de 

chercher une autre source à leur ordre que celle codifiée par

Anderson. Les merveilles qu'ils découvrent en Égypte ne sont pas

étrangères à leur décision, dans la mesure où cette dernière se

situe dans une période où l'on a tendance à assimiler ésotérisme

et Égypte. Comme nous l'avons montré dans nos articles

précédents, ce point de vue avait été mis en évidence à la

Renaissance, qui voyait dans l'Égypte d'Hermès la source de la

Tradition Primordiale (24).Quelques années après l'apparition du

Rite de Misraïm, on assiste à la naissance de celui de Memphis

(1838), fondé par Jean-étienne Marconis de Nègre. Contrairement

à son prédécesseur, cet ordre tente d'intégrer des éléments

empruntés aux mystères d'Égypte, tels que les rapportent Diodore

de Sicile et l'abbé Terrasson dans Séthos. Marconis de Nègre fut

sans doute influencé également par Les Mystères d'Isis et d'Osiris,

initiation égyptienne (1820). Son auteur, T. P. Boulange, avocat à

la cour royale et professeur à la faculté de droit de Paris, dénonce

les erreurs de Dupuis et montre la valeur initiatique des mystères

égyptiens, destinés d’après lui à former le disciple à la pratique de

la vertu et à l'étude des hautes sciences.

- Napoléon Ier - 

Eliphas Levi soutient que Bonaparte était R+C et avait reçu mission d’unifier l’Europe

 

Il semble que la montée en puissance de Napoléon provoque une nouvelle scission dans les rangs de la FM internationale.

1° MEMPHIS, LA FACTION BONAPARTISTE ?

BONAPARTE et la Maçonnerie : aurait été reçu dans la franc-maçonnerie à Memphis (Égypte) et aurait créé la loge "ISIS" en 1798/1799. En 1799, Grand Orient et la Grande Loge de Clermont fusionnent en Grand Orient de France, en 1801, Napoléon y place son frère Joseph à sa tête. 

- John Yarker - 

 

Entre 1872 et 1914 – John Yarker récolte et compile les variations « égyptienne » du Rite Ancien et Primitif et prend le contrôle du nouveau Rite de Memphis-Misraim

 

Yarker reçut en 1872 une charte pour la constitution d'un Souverain Sanctuaire du Rite Ancien et Primitifde Memphis pour l'Angleterre et l'Irlande dont il devint le premier Grand Maître Général par Harry J. Seymour, Grand Hiérophante 96° des USA qui tient sa filiation de Marconis. D’autres rites lui furent transmis, comme le Rite Ecossais de Cerneauqui plus tard fut absorbé par le Rite de Memphis. En 1876, John Yarker incorpora également dans ce Rite Ancien et Primitif le Rite de Misraïm que Robert Wentworth Little avait introduit en Angleterre en 1870. En 1881, Yarker reçut la charte du Rite Réformé de Misraïm de Pessina (33°), en échange d'une charte du Rite de Memphis. Entré en conflit en 1902 avec le Grand Orient d'Égypte le Grand Hiérophante du Rite de Memphis Francesco Degli Oddi démissionna de ces fonctions, et Yarker se considéra de facto comme le nouveau Grand Hiérophante du Rite de Memphis et de Misraïm. En 1913 Yarker devient Grand Maître Général pour les pays d’Europe juste avant sa mort.

Cependant, le frère Ellic Howe de la loge Quator Coronati de Londres et le professeur Helmut Möller de l’université de Göttingen affirment que Yarker aurait acquit les rites de M-M d’une source américaine douteuse en 1872 (Fringe masonry- the Quator Coronati lodge, vol.85,91,92,109 London 1972,78,79,97). D’autres loges (principalement américaines) prétendent qu’il fut peut-être abusé par Reuss et Crowley. Selon les bibliographies maçonniques, Yarker n’aurait pas inventé de faux rituels mais accepté sans critiques les inventions des autres.

On peut voir ci-dessous la tranche d'un de ses ouvrages décorée d'une svastika... Ce qui demande une explication... (John Yarker, The Arcane Schools. A Review of Their Origin and Antiquity; With a General History of Freemasonry and Its Relation to the Theosophic, Scientific, and Philosophic Mysteries. Belfast: William Tait, 1909. First Edition. Hardcover. thick 8vo. xvi+ 566 p)

Yarker aurait reçu HPB dans les hauts grades d’adoptions après le succès de Isis Dévoilée – elle aurait négocié l’incorporation de rituels dans la pratiques théosophique, sans suites

 

En 1901, Papus obtient de Yarker une patente pour fonder la loge INRI, rite Swedenborgien

En 1913 Yarker devient Grand Maître Général pour les pays d’Europe.

 

 

- L’Arc en Ciel (1856-1899)- 

La Loge Mère « l’Arc en Ciel », fondée par le successeur  de Michel Bédarrides J.Y. Hayère fut la seule à pratiquer le rite depuis 1856 jusque sa mise en sommeil en 1899. Nous savons de source sûre qu’il  n’y eu aucune survivance directe à sa mise en sommeil, et que c’est dans cette Loge que s’était manifestée pour la première fois la tradition d’Ormus, le légendaire et sage Egyptien fondateur de la Rose-Croix.

 

Vers 1890 éclate un conflit entre Spiritualistes et Laïcisants majoritaires, conduits par le F. Chailloux, exclu du rite. Les laïcisants rejoignent le GO. Les spiritualistes se regroupent autour de la Loge Mère du rite dite loge Arc-en-Ciel dirigée par le F. Osselin. Cette loge fait paraître la « Bibliothèque Rosicrucienne », cette dernière rééditant un certain nombre de grands classiques de l’occulte. Puis fin 1899, la grande loge de Misraim pour la France, présidée par Jacques de Villaréal, cesse ses travaux.

Papus y a appartenu. 

 

 

 

- Vers la Fusion des Rites - 

 

Jusqu'en 1881, les Rites de Memphis et Misraïm cheminent parallèlement et de concert. Or, les deux Rites commencent à rassembler sous double appartenance des Maçons du Grand Orient de France et du Rite Ecossais Ancien et Accepté qu'intéressent l'Esotérisme de la Symbolique Maçonnique, la Gnose, la Kabbale et l'Hermétisme. En effet, outre leurs dépôts égyptiens, Misraïm et Memphis sont toujours les héritiers et les conservateurs des vieilles Traditions Initiatiques du XVIIIème siècle : Philalèthes, Philadelphes, Rite Hermétique, Rite Primitif. Misraïm compte 90 Grades divers, et Memphis, 95. 

Se sont alors succédés à la tête du Rite de Misraïm en France J. Hayère, Dr Girault (1864), Hippolyte Osselin (1864), Jules Osselin (1877), Emile Combet.

En 1877, les survivants de la branche française de Misraim par l'intermédiaire de leur grand maître Emile Combet, entrent en relations avec le Grand Orient National d'Egypte qui pratique le rite de Memphis. Un traité de reconnaissance réciproque est signé par les deux juridictions. Ferdinando Oddi transmet le 95° de Memphis à Emile Combet, lequel transmet le 90° de Misraim à Ferdinando Oddi.

 

1881 voit la fondation du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm après la réunion, par Garibaldi, du Rite de Misraïm constitué en 1788 par Cagliostro et du Rite de Memphis constitué en 1815 par des frères ayant suivi Napoléon en Égypte. Initié à Montevideo en 1844 à la loge L'Asile de la Vertu, Garibaldi était membre de la loge Les Amis de la Patrie au Grand Orient de France.

Le 04 août 1889, le Rite de Misraïm célèbre sa fête d’Ordre en présence des Frères Proal et Opportun, membre du Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France.  En cette même année, le Rite de Misraïm compte 3 Loges à Paris, 8 en province, 2 à New-York, 1 à Buenos-Aires et 1 à Alexandrie. Ceci sous la juridiction française, sans compter la juridiction italienne qui est indépendante à cette époque.

Lorsque en 1900 Garibaldi est désigné comme premier Grand-Maître Général "ad vitam" pour chacune de ces deux Obédiences, après bien des discussions, une fusion de fait s'accomplit entre les Rites de Misraïm et de Memphis qui avaient, dans la plupart des pays étrangers, les mêmes hauts dignitaires, fusionnèrent en un unique Ordre maçonnique, à Naples, rendant possible l’établissement d’une échelle commune de grades. (Seul le Souverain Grand Conseil Général du Rite de Misraïm pour la France refusa d'entrer dans la Confédération des Rites-Unis de Memphis-Misraïm, et conserva sa hiérarchie de 90e , comme Rite Oriental de Misraïm, avec le P. Fr. Ferdinando Oddi comme Grand Maître.)

 

 

Dans les archives du Souverain Grand Sanctuaire Adriatique sont conservés, parmi les autres documents, trois parchemins qui retracent autant que possible les origines et les ramifications des deux rites ainsi que leur fusion advenue grâce à l’Eminent Frère Marco Egidio Allegri, qui en 1923 devint Puissance Suprême du rite de Misraïm de Venise ainsi que Grand Conservateur à vie du Rite de Memphis de Palerme, tombé ensuite en sommeil en 1925.

 

 

        SUCESSION DE MEMPHIS-MISRAIM

Teder - Jean Bricaud

Henry Meyer

Constant Chevillon (Vichy)

Henry-Charles Dupont 1945

Robert Amberlain

Gérard Kloppel

 

Commenter cet article