Timothy Francis Leary (1920 - 1996)

Publié le par Socrates Philalethe

Timothy Francis Leary, né le 22 octobre 1920 à Springfield dans le Massachusetts, décédé le 31 mai 1996 à Beverly Hills en Californie, est un écrivain américain, psychologue et militant pour l'utilisation scientifique des psychédéliques. Il est le plus célèbre partisan des bienfaits thérapeutiques et spirituels du LSD. Pendant les années 1960, il a inventé et popularisé le slogan « Turn on, tune in, drop out », synonyme de contestation et de libération.

Sommaire [masquer]

                  1 Biographie

                                          1.1 Enfance et études

                                          1.2 L'expérience des drogues

                                          1.3 Ennuis judiciaires

                                          1.4 À la recherche de voies nouvelles

                                          1.5 Décès

                  2 Influences

                  3 Anecdotes et citations

                  4 Œuvres

                                          4.1 Future History Series

                  5 Filmographie

                                          5.1 Comme acteur

                                          5.2 Comme scénariste

                                          5.3 Comme réalisateur

                  6 Bibliographie

                  7 Notes et références

                  8 Liens externes

Biographie [modifier]

Enfance et études [modifier]

Timothy Leary est né à Springfield dans le Massachusetts, dans une famille de notables de la Nouvelle-Angleterre. Il étudie pendant une courte période au College of the Holy Cross, à Worcester, Massachusetts, mais réagit mal à la discipline de cet établissement jésuite. Il fréquente également l'académie militaire de West Point, mais se fait renvoyer au bout de 18 mois. Il obtient une licence en psychologie à l'université d'Alabama en 1943, puis un doctorat en psychologie à l'université de Berkeley en 1950. Il devient professeur auxiliaire à Berkeley de 1950 à 1955, puis directeur de recherche de la fondation Kaiser (1955-1958), et conférencier en psychologie à l'université Harvard (1959-1963). Leary a décrit ces années avec dédain, se voyant comme :

« Un employé anonyme qui se joint à la longue file des banlieusards pour aller au boulot le matin et qui rentre chez lui le soir pour ingurgiter des martinis… comme des millions de robots intellectuels issus de la classe moyenne libérale. »

L'expérience des drogues [modifier]

 

Une curieuse théorie de la reprogrammation du cerveau avec le LSD.

En vacances au Mexique, il consomme des champignons hallucinogènes contenant de la psilocybine, une expérience qui changera radicalement le cours de sa vie. Dès son retour à Harvard en 1960, Leary s'associe notamment avec Richard Alpert (connu plus tard sous le nom de Ram Dass), et entreprend avec ses étudiants des recherches sur les effets de la psilocybine, puis sur le LSD.

Il affirme que le LSD (acronyme de l'allemand Lyserg Säure Diäthylamid), dont les propriétés hallucinogènes ont été accidentellement découvertes par le chimiste suisse Albert Hofmann, pharmacien chercheur dans le domaine des alcaloïdes de l'ergôt de seigle des laboratoires Sandoz, en 1943, correctement dosé, de préférence avec les conseils d'un professionnel, peut changer radicalement le comportement. Ses expériences ne sont suivies ni de meurtres, ni de suicides, ni de psychoses, ni, en principe, de « bad trip ». Ses recherches ont pour but de trouver, grâce à l’expansion de conscience, de meilleurs traitements pour l'alcoolisme, de réhabiliter les criminels et de dynamiser la libido. Plusieurs participants à ses recherches disent avoir vécu des expériences mystiques et spirituelles profondes, qui, prétendent-ils, ont changé leur vie d'une façon très positive.

Leary et Albert sont écartés de Harvard en 1963 : leurs collègues sont incommodés par la nature de leurs recherches et certains parents influents portent plainte auprès de l'administration lorsqu'ils constatent que l'on distribue des hallucinogènes à leurs enfants. Ils poursuivent alors leurs recherches dans un grand manoir à New York appelé Millbrook. Leary écrira plus tard :

« On se voyait comme des anthropologues du xxie siècle qui auraient voyagé à travers le temps pour se retrouver dans les ténèbres des années 1960. Dans cette colonie de l'espace, on voulait créer un nouveau paganisme et une nouvelle existence vécue comme un art. »

Ennuis judiciaires [modifier]

 

Timothy Leary lors de son arrestation par la DEA en 1972.

Les incursions répétées du FBI entraînent la fin de l'ère Millbrook. Leary est condamné pour détention de drogue. Il est considéré comme l'homme le plus dangereux des États-Unis, et malgré un procès fleuve, il est incarcéré pendant plusieurs années. Il y subit à son entrée les tests psychologiques standards assignés aux détenus pour l'attribution des tâches. Ayant lui-même créé ces tests, il donne des réponses qui vont le prédisposer à travailler dans le jardin de la prison, d'où en 1970, la Weather Underground Organization, mouvement gauchiste, le fait s'évader.

Avec son épouse Rosemary, il quitte clandestinement les États-Unis pour l'Algérie. Son plan est de se réfugier en compagnie du black panther Eldridge Cleaver, ce qui s'avère une mauvaise idée lorsque celui-ci tente de le prendre en otage. Le couple parvient à s'enfuir en Suisse. Séparé de Rosemary, il est arrêté par des agents du gouvernement américain en Afghanistan et extradé aux États-Unis en 1974. Il coopère avec le FBI aux enquêtes menées sur le Weather Underground et il est libéré le 21 avril 1976 par le gouverneur Jerry Brown.

Par la suite, il propose un modèle qui suppose que l'esprit humain est composé de « huit circuits de conscience ». Selon lui, la plupart des gens n'accèdent qu'à quatre de ces circuits au cours de leur vie. Les quatre autres seraient des ramifications révolutionnaires des quatre premiers et devraient permettre d'accéder à la vie dans l'espace et à l'élargissement de conscience nécessaire au progrès scientifique et social. Selon Leary, certains peuvent accéder à ces quatre autres circuits par la méditation et par d'autres voies spirituelles. Il cite comme preuve de ces quatre circuits « plus élevés » le sentiment de mouvement sans inhibitions éprouvé par l'utilisateur de marijuana. Dans son modèle des huit circuits de la conscience, l'une des fonctions premières du cinquième circuit, le premier à se manifester pendant la vie dans l'espace extra-atmosphérique, permettrait aux humains de s'acclimater à un environnement sans air et à faible pesanteur.

À la recherche de voies nouvelles [modifier]

À plusieurs occasions, Leary a flirté avec l'occulte et il était membre de l'ordre magique, les Illuminés de Thanatéros. Un mois avant de mourir d'un cancer inopérable de la prostate, Leary a écrit un livre intitulé Design for Dying, qui tentait de montrer une nouvelle manière d'envisager la mort.

En 1964, il coécrit un livre avec Ralph Metzner, A Psychedelic Manual, qui serait basé sur le Livre des morts tibétain. Il écrit :

« Une expérience psychédélique est un voyage dans de nouveaux champs de conscience. La portée et la teneur de l'expérience sont sans limites, mais ses caractéristiques sont la transcendance des concepts verbaux, des dimensions d'espace-temps et du moi ou de l'identité. De telles expériences de conscience élargie peuvent se produire par une multitude de moyens : la privation sensorielle, les exercices de yoga, la méditation disciplinée, les extases religieuses ou esthétiques, ou spontanément. Très récemment, ces expériences sont devenues accessibles à tout un chacun par l'ingestion de drogues psychédéliques telles que le LSD, le psilocybine, la mescaline, le DMT, etc. Bien sûr, ce n'est pas la drogue qui produit l'expérience transcendante. Elle agit comme une simple clef chimique — elle ouvre l'esprit, libère le système nerveux de ses modèles et structures ordinaires. »

Ce type d'expérience rappelle le voyage astral ou l'expérience hors du corps ; c'est ainsi que partant du prélude de préoccupations psychologiques, Leary est passé à des préoccupations physiques, en s'intéressant aux voyages stellaires.

Décès [modifier]

Atteint d'un cancer de la prostate inopérable, Leary a demandé à ce que sa mort soit enregistrée en vidéo. Dans son délire final, il répète les mots « Why not » (« Pourquoi pas »). Sa dernière parole, selon son fils Zach Leary, est « Beautiful » (« Superbe »). Un film intitulé Le Dernier Voyage de Timothy Leary en a été tiré mais a suscité des controverses en raison d'une scène qui aurait été truquée. Leary décède donc des suites de son cancer le 31 mai 1996 à Beverly Hills, en Californie.

Pendant plusieurs années, Leary avait été fasciné par les possibilités de la cryonie. En tant que scientifique, il ne croyait pas qu'il serait lui-même ressuscité, mais il croyait en l'importance de la cryonie et a prôné les sciences de l'avenir. Il s'agissait pour lui d'un « devoir en tant que futurologue ». Leary a été en relation avec deux organismes de cryonie, l'ALCOR et sa filiale CRYOCARE, mais il demanda finalement que son corps soit incinéré, cependant sa tête fut conservée; ses cendres furent distribuées à ses amis et à sa famille.

Sept grammes des cendres de Leary furent transmis par un ami chez Celestis pour être envoyés dans l'espace à bord d'une fusée portant les restes de 24 autres personnes, notamment Gene Roddenberry, créateur de Star Trek, Gerard O'Neill, physicien de l'espace, et Krafft Ehricke, scientifique spécialisé dans les fusées.

Influences [modifier]

De son vivant, Leary, en tant que chantre de la liberté de conscience et de son expansion, a souvent côtoyé Allen Ginsberg, Aldous Huxley, Carlos Castaneda et John Lennon.

Son slogan de campagne pour le poste de gouverneur de Californie en 1969 (« Come Together, join the party ») est à l'origine de la chanson Come Together des Beatles. Il a été le sujet d'une chanson des Moody Blues Legend of a Mind, qui a rendu célèbre l'expression : « Timothy Leary's dead. No, no, he's outside looking in » (« Timothy Leary est mort. Non, non, il nous regarde depuis l'extérieur »). À peu près à la même époque, une chanson des Who, The Seeker, fait allusion à lui. Le protagoniste, recherchant une certaine vérité universelle, déclare : « I asked Timothy Leary, but he couldn't help me either » (« J'ai demandé à Timothy Leary, mais il ne pouvait pas m'aider non plus »). Dans la comédie musicale Hair traitant du mouvement Hippie des années 1970, la dernière chanson Let the Sunshine in (« Laissez entrer le soleil ») fait référence à Timothy Leary, en nous demandant de se renseigner sur lui (« Answer for Timothy Leary »).

Le groupe de metal progressif Tool fait également référence à ses écrits sur le morceau épique Third Eye (version live) de l'album Salival, en commençant la chanson par « Think For Yourself, Question Authority » (« Pensez par vous même, remettez en cause l'autorité ») et en développant son idée « Au cours de l'histoire humaine, comme notre espèce était confrontée au fait effrayant que nous ne savons pas qui nous sommes ou où nous allons dans cet océan de chaos, ce sont les autorités, politiques, religieuses ou éducatives, qui ont tenté de nous reconforter en nous donnant des ordres, des règles, des régulations, en nous informant et formant dans notre esprit leurs vues de la réalité. Pour penser par vous-même vous devez remettre en cause l'autorité et apprendre comment vous mettre dans un état vulnérable, d'esprit ouvert, chaotique, confus, de vulnérabilité pour vous informer... »1. (chanson traitant de cette ouverture d'esprit vers les zones inexplorées et méconnues de notre esprit).

Publié dans XXe siècle

Commenter cet article