Tobias Hess (1558-1614)

Publié le par Socrates Philalethe

Tobias Hess (1558-1614)


 C’ est celui qui semble le mieux synthétiser les divers éléments présentés dans les Manifestes. Membre de l'université de Tübingen, médecin paracelsiste, kabbaliste, philosophe, admirateur de Simon Studion, de Julius Sperber et de Joachim de Flore, il joua probablement un rôle fondamental dans la rédaction de la «Fama» et de la «Confessio». En 1605, il est accusé de pratiquer la "naométrie" et poursuivi pour avoir fait la promotion du millénarisme dans des publications où il s'exprime en faveur d'une réforme mondiale. La «Fama» reproduit son idée selon laquelle on peut dire : «Il est faux d'affirmer que ce qui est vrai en philosophie est faux en théologie». Il fut aussi accusé d'avoir été l'instigateur d'une société secrète. Même si les accusateurs ne donnent pas le nom de cette société, il est probable qu'il s'agit de l'Ordre de la Rose-Croix, dont le premier Manifeste circulait à cette époque sous forme manuscrite. Tobias Hess était lié à Oswald Crowlius, un disciple de Paracelse. Grâce à ses talents de médecin, Tobias Hess avait guéri Valentin Andreæ d'une terrible fièvre, et ce dernier l'admirait beaucoup. Il est mort en 1614, juste avant l'édition des Manifestes, et c'est Johann Valentin Andreæ qui prononça son oraison funèbre. Ce texte fut imprimé par la suite, et curieusement, comme le signale Roland Edighoffer, il comporte deux mots en italique, les seuls du livre : «Tobias Hess» et «Fama», comme pour souligner un lien entre les deux. 

 

 

Tobias Hess (1558-1614) était juriste à Tubingen, qui étudia la Bible.

Il s'adonna à la médecine et subit l'influence de Paracelse. Hess effectua en outre une remarquable étude de la Bible et analysa une chronologie secrète que ce texte recelerait. Son étude déboucha sur une vision de la genèse de l'humanité, distinguées en trois périodes. Ces grandes périodes étaient intitulées les Eres du Père, du Fils et du St Esprit nommées "Triangle de Feu" . Ses calculs le conduisirent à déduire qu'en l'an 1620 s'ouvrirait une troisième période, celle de l'Esprit Saint. Cette période serait le début d'un Age d'or qui serait ne accessible dans le cadre d'une révolution spirituelle radicale. Il fonda à Tubingen, une "Société" à laquelle Johann Valentin Andreae se rallia en 1608 et qui compta 12 membres .

Publié dans XVIe Siècle

Commenter cet article